Politiciens: Le danger de croire qu’ils sont des clowns incompétents

Justin Trudeau, Premier ministre actuel du Canada

Justin Trudeau en Clown Religieux
Justin Trudeau en Clown Religieux

Politiciens, le danger de croire qu’ils sont des clowns

Croire que les politiciens sont des clowns et des incompétents est une grave erreur. C’est leur donner l’immunité vis-à-vis leurs choix et actions politiques. Lesson pénible, si elle fut, que le parti démocratique et les médias de masse aux États-Unis ont réalisé à l’issue des élections présidentielles de 2016. Prenez l’exemple de Justin Trudeau, premier ministre du Canada. Fils d’un ex premier ministre du Canada, Monsieur Trudeau en sait surement plus sur les rouages du gouvernement ainsi que les tenants et aboutissant que la plupart d’entre nous. Et pourtant, aux yeux de plusieurs citoyens canadiens, incluant les immigrants de plusieurs générations et ceux fraîchement arrivés, il est courament dénoncé sur les médias sociaux comme un incompétent, irresponsables … un clown au pouvoir.

Et si cela servait à cacher au citoyen l’inavouable? Sommet politique à porte close, mondialisation qui appauvris et rend précaire la vie des citoyens des pays industrialisés, accèes à l’information des gouvernements volontairement rendu difficile et opaque (du moins au Canada), fuite des capitaux, attaque à la confidentialité des sources journalistiques, les médias de masse de plus en plus dépendants des gouvernements, commission d’enquête dénudée de pouvoir et tabletté, droit des peuples à l’indépendance manipulée et contestée, etc.

Durant la guerre froide, aux États-Unis, Truman joue beaucoup sur le levier idéologique en faisant des États-Unis le champion de la liberté, de la démocratie et des droits de l’homme. Les Américains ont promu la liberté des citoyens pour faire échec au communiste. Coincidence que les bébé-boumeurs ont vécu une grande liberté et l’état providence? Que sont devenus la liberté et le pouvoir économique des citoyens des pays démocratiques depuis la fin de la guerre froide?

Mondialisation et productivité obligent (excuse fallacieuse), l’illusion du droit des femmes à travaillé oui. À salaire égal? Non… Au Québec on a préféré envoyer les gamins dans les garderies le plus rapidement possible plutôt que mieux soutenir les femmes au foyer. L’accès à la propriété par un individu au salaire moyen, qui était possible auparavant, est rendu impossible depuis quelques années. Pour un première achat avec le mise de fond minimum, il faut maintenant être un deux personnes (revenus) pour être qualifié. Pourtant, qui a provoqué la récession économique qui en est responsable? Wall Street avec le papier commercial. Avec quel fond ont-ils été soutenus et sauvés de la faillite, les fonds publics. Qui en a fait les frais? les citoyens qui ont perdu une partie de leur pouvoir d’emprunt. Et si on avait soutenu les citoyens qui du jour au lendemain, sans emploi, se sont retrouvés dans la rue. N’est-ce pas l’argent en provenance de leurs impôts qui a été utilisé? Non, ils ont été dépossédés de leur maison pour être revendus à rabais à des plus fortunés.

Au sujet de la classe moyenne, l’écart du pouvoir d’achat entre un salaire moyen et celui d’une personne qui gagne 100,000$ et plus se réduit constamment. Les docteurs avec un salaire de 500,000$ et plus, qui bénéficie d’évitement d’impôts qui leur est exclusif constituent la nouvelle classe moyenne. Pas convaincu? Les nouveaux riches, sportifs, Dot Com , dirigeant de banque, de grande entreprise, etc. ont des salaires de l’ordre de dizaine à centaine de millions. Le milliard n’est plus exceptionnel et les grandes fortunes sont de l’ordre de dizaines à centaine de milliards. Une somme plus grande que le PIB annuel de certains pays du G7!!! Ce que j’insinue, c’est que considérant la perte du pouvoir d’achat et la répartition des nouvelles richesses, il y a eu un glissement vers le bas dans les salaires, mais les qualificatifs n’ont pas suivi. Il serait plus juste aujourd’hui de dire que la classe moyenne se situe avec un revenu annuel de l’ordre de quelques centaines de mille, que les salaires moyens devraient être qualifiés de salaires minimums et que tous les revenus moindres font maintenant partie de la pauvreté/précarité. D’où l’apparition des SDF, etc..

Ne vous laissez pas berner par l’illusion que vous avez accès au même bien que ceux des générations passées. Oui, c’est vrai, à l’exception que c’est rendu possible grâce à un coût d’acquisition inférieur qu’à l’époque et au crédit facile pour cette catégorie de bien et non par l’augmentation de votre pouvoir d’achat. Cette réalité est criante lorsqu’il s’agit d’acquérir un immeuble, ou plus simplement devenir propriétaire et maître chez soi.

En regard des pays hôtes, et si les grands mouvements d’immigration des pays musulmans qui existe depuis quelques années étaient une façon de reprendre le contrôle par le biais de la religion sur les penseurs et les gens libres? Rien de mieux que la religion pour demander un acte de foi et asservir la force de travail d’un pays. Parce que la religion et le pouvoir ont déjà été et semblent vouloir à nouveau s’allier pour régner.

Cette idée peut paraître complètement folle. Reste que le religieux en alliance avec le pouvoir colonisateur a servi de levier dans l’assimilation des peuples autochtones à travers le monde entier (Sauvez mon âme!, hé, hé). Il est curieux que Justin Trudeau ce soit empressé à voter une loi qui empêche de critiquer les religions. Et coup sur coup, voilà qu’au Québec on ouvre la porte du religieux à la fonction suprême. Celle de devenir premier ministre. Comprenez-moi bien. Je ne dis pas que tout cela peut avoir été sciemment organisé de toute pièce, mais comme l’occasion fait le larron, pourquoi ne pas en profiter?