Jagmeet Singh, la religion et la moto

Jesus, Take the wheel

Jagmeet Singh
Jagmeet Singh
Jagmeet Singh, deputy leader for the Ontario NDP: Brightly coloured turbans are disarming. (Chris So / Toronto Star file photo)
Jagmeet Singh, deputy leader for the Ontario NDP: Brightly coloured turbans are disarming. (Chris So / Toronto Star file photo)

Jesus, Take the wheel

À titre de député ontarien, Jagmeet Singh a présenté un projet de loi pour dispenser les sikhs coiffés d’un turban de l’obligation de porter un casque en moto. En outre, l’élu, au grand dam de ses collègues néodémocrates, a émis des réserves sur le contenu du nouveau cours d’éducation sexuelle que contestent des communautés religieuses en Ontario.

Le Manitoba et la Colombie-Britannique permettent déjà aux sikhs enturbannés de circuler en moto sans casque. Nul besoin d’un sondage pour savoir qu’au Québec une telle exemption serait mal reçue ; aucun parlementaire à l’Assemblée nationale n’a d’ailleurs évoqué l’octroi d’un tel accommodement religieux.

Nombre de militants québécois du Nouveau Parti démocratique tremblent à l’idée que Jagmeet Singh, un sikh pratiquant qui s’affiche ostensiblement comme tel, puisse devenir chef du parti. Ils craignent que sa foi, inspirant certaines de ses prises de position, n’anéantisse ses chances auprès des électeurs québécois qui chérissent la laïcité. Chez les néodémocrates du reste du Canada, ces inquiétudes sont perçues comme une manifestation d’intolérance, voire de racisme.

Source: Course à la chefferie – Les deux solitudes du NPD

D’une manière générale, les Québécois, qui, pendant des siècles de survivance, ont connu le joug de l’Église catholique, voient d’un mauvais oeil ce qu’ils peuvent percevoir comme un retour de la religion dans les affaires de la cité. Ils sont « réticents » à l’égard de l’intrusion de la foi religieuse en politique, indique une source néodémocrate citée par Le Devoir, qu’il s’agisse d’un sikh ou d’un évangéliste créationniste (ndlr: ou de l’islam).

À cet égard, les aspirations d’une majorité de Québécois sont contrecarrées par la Charte canadienne des droits, dont le préambule énonce la « primauté de Dieu », ou du moins par l’interprétation que l’on en donne. Elles le sont également par le gouvernement Couillard, qui dans sa volonté de « recanadianiser » les Québécois rejette la laïcité.

Source: Course à la chefferie – Les deux solitudes du NPD

Il ne s’agit pas de racisme : race n’est pas religion. Et nous pouvons avancer qu’il ne s’agit pas non plus d’intolérance, mais bien d’une aspiration légitime de distinguer religion et politique.


Source: Course à la chefferie – Les deux solitudes du NPD


 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.